La manufacture des Miracles, Guérisons et Prophéties

Cela fait un bail que je suis aux trousses de l’information, de la vraie information comme beaucoup d’autres confrères d’ailleurs. Mais peu de gens me démentiront sur l’état de notre société en matière spiritico-religieux. Rien n’est plus comme avant ; il n’y a pas de cela longtemps ou les Pasteurs, Prêtres, Iman, et autres, “Homme de Dieu”, étaient vénérés, respectés adulés. Ils avaient en commun pour la plupart non seulement la vocation mais aussi et surtout la crainte de Dieu. Aujourd’hui des voyous, des charlatans voir des marabouts car il faut les appeler par leurs noms ont pris droit de cité. Ces hors la loi et escroc à cols blancs et à robes noires écument les rues, les plateaux de télévisions, les radios et les places publique au détriment d’âmes sensibles et . Loin de se laisser aller au désespoir est temps de se poser la délicate question de savoir ce qu’en tant qu’individu, et citoyen nous pouvons faire pour améliorer le vécu quotidien des victimes de ces apprentis sorciers et usurpateurs de titres ? En fait d’usurpateur il faut noter que pour faire bonne figure ils se sont attribué les titres de Révérend, Grand Maître, Prophètes, Généraux et Amiraux de Dieu comme si Dieu en avait besoin. Les plus inspirés en plus de se faire les “envoyés de Jésus”, “envoyés de Dieu” et que sais-je encore se sont auto proclamés Docteurs, Professeurs ; mais de qui se moque-t-on ? Il est écrit qu’Il n’est pas normal que nous délaissions la Parole de Dieu pour le service des repas. Cherchez plutôt, frères, sept d’entre vous, qui soient des hommes estimés de tous, remplis de l’Esprit Saint et de sagesse, et nous leur confierons cette tâche. Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière et au service de la parole.” Ces Marabouts doivent être mis hors d’état de nuire, mais avant que la Justice du très Haut ne s’abatte sur eux, la justice des hommes devrait prévaloir. Un peu plus de cinquante ans après les indépendances, la démocratie, la justice et la paix comme culture et valeurs sociopolitiques restent de véritables défis à relever sur le continent africain qui s’essaie à la modernité politique occidentale depuis la colonisation. Il y a eu une lueur d’espoir dans les années 1990 avec le vent démocratique parti de l’Est avec la “Perestroïka” de Michael Gorbatchev, mais à la place de la démocratie et de la justice, beaucoup de pays africains n’ont eu que le multipartisme. Malgré l’émergence d’une société civile, le jeu politique reste encore confisqué dans la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne par une élite politique prévaricatrice et kleptocrate, plutôt réfractaire aux exigences élémentaires de la justice sociale, de la transparence électorale et dans la gestion de la chose publique. Et c’est dans ce contexte de paupérisation populaire qu’est née une nouvelle forme de colonisation celle-ci mentale ou mieux religieuse prônée par les églises dites de “réveils” ou “éveillées” minutieusement entretenues par les gouvernements en place qui tire profit de cette nouvelle forme d’avilissement du people. Les risques sont grands car les courants extrémistes tels que “ISIS”, et “BOKOHARAM” sont nés de la même façon. Les autorités politiques et publiques, s’ils en existent encore, devraient elle se réveiller maintenant et battre le fer avant qu’il ne soit trop tard.

Dr Darios Kamgaing
Directeur de Publication
Senior Investigative Journalist