Camair-Co: La compagnie toujours clouée au sol

Huit mois après la validation du processus de relance par le président Paul Biya, processus qui avait pour objectif selon le plan proposé par le géant américain Boeing, de permettre à la compagnie aérienne camerounaise de reprendre son envol, l’Etoile du Cameroun pique davantage du nez.

Pas grand-chose à retenir de la cérémonie de présentation du plan de relance de la Camair-Co qui a eu pour cadre la salle des conférences du Ministère des transports à Yaoundé le 20 mars 2017. Cette présentation sera faite par les experts de Boeing. Le savoir-faire du constructeur aéronautique américain a été sollicité par les pouvoirs publics camerounais pour permettre à la Compagnie « porte-drapeau du pays » dans le domaine aérien de reprendre son envol.
Depuis sa création il y a six ans, Camair-Co est empêtrée dans d’énormes problèmes de management. Même Ernest Dikoum, l’actuel Directeur général, (le cinquième en six ans) présenté comme un excellent manager, a du mal à redresser la compagnie qui est sur une courbe descendante depuis sa création. Dans l’espoir donc de sauver Camair-Co, Paul Biya le Chef de l’Etat, avait approuvé le plan de relance proposé par le constructeur Boeing. « Le succès de ce plan de relance dépend des investissements urgents évalués à près de 138 milliards de FCFA, sans compter le paiement de la dette de l’entreprise. Ces investissements dits urgents devront être obligatoirement réalisés au cours des deux premières années dès l’entrée en vigueur du plan de relance », avait alors recommandé Alexandre Ly, Directeur régional marketing de Boeing commercial Airplanes, dans une interview accordée à nos confrères de Financial Afrik.
De la présentation du plan de relance de cette compagnie en date du 20 mars 2017, on en est encore à spéculer sur villes et continents que va desservir la Camair-co. La compagnie va cibler vingt-trois villes dont huit destinations domestiques (Bafoussam, Bamenda, Yaoundé, Douala, Bertoua, N’Gaoundéré, Maroua, et Garoua), quatre au niveau intercontinental (Bruxelles, Paris, Washington, et Londres) et onze sur le plan régional (Abidjan, Bamako, Bangui, Cotonou, Johannesburg, Kinshasa, Libreville, Ndjamena, Lagos entre autres). Cependant, Ernest Dikoum, DG de Camair-Co, a précisé que l’accent sera mis sur les vols domestiques. « Nous voulons donner la priorité à la mobilité des Camerounais », a-t-il souligné. Il a également été annoncé la reprise prochaine des vols en direction de Paris, qui avait été suspendue de la liste des destinations de la compagnie.

Une flotte à renforcer
La Camair-Co dispose à ce jour de cinq avions. Pas suffisant pour lui permettre de rayonner à l’international. « Sur une période de sept ans, nous proposons que la compagnie acquière douze avions passagers, un avion-cargo et deux turbo propulseurs 777 200 ER, de manière intérimaire en attendant l’entrée du Boeing 787 au cours de la troisième et de la quatrième année », a expliqué Michael Bangue-Tandet, directeur des ventes de Boeing. La première année, il est prévu l’achat d’un 737 cargo. Les MA60, le 737, le SF seront remplacés dans cinq ans par des avions de nouvelle génération. Le rajout des turbos propulseurs Q400 fabriqués par le fabricant Bombardier, interviendra au cours de la deuxième et de la troisième année. Le 737 800, sera acquis pour développer les dessertes régionales. « Le 767 baptisé « Dja » sera réfectionné et servira d’avion support », a précisé Michael Bangue-Tandet. Les avions 787 seront restitués à leurs propriétaires au cours de la deuxième et de la troisième année. D’ici à juillet 2020, la compagnie envisage d’acquérir deux Boeing 787 baptisés « Dream liner ». D’après le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o, l’un d’eux intègrera la flotte en décembre 2018, dans la perspective de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019. Les finances Sur les 60 milliards de F requis pour la réhabilitation de la Camair-Co, 30 milliards de F ont été levés par un consortium de banques conduit par Ecobank. D’après le ministre, les 30 autres milliards seront débloqués par l’Etat camerounais. Au regard des performances de la nouvelle équipe dirigeante de la compagnie notamment l’amélioration du pourcentage de ponctualité des vols (76%) et la réalisation de 72 vols domestiques par semaine, le ministre s’est dit rassuré par la nouvelle équipe qui pourra relever le défi de la relance de la Camair-Co.

Denise Yonta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *