Le Cameroun et la Tunisie main dans la main

Une mission de prospection tunisienne  composée d’une trentaine d’hommes d’affaires annoncée au Cameroun du 04 au 07 avril prochain avec pour objectif principal d’améliorer les échanges entre les deux pays.

Une mission de prospection multisectorielle tunisienne est prévue au Cameroun du 4 au 7 avril 2016. Au programme de cette manifestation: des rencontres de haut niveau avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration camerounaise ainsi que les hommes d’affaires locaux. Des rencontres de Networking bien ciblées et des visites d’entreprises seront également au menu. En outre, deux forums économiques sont prévus. La délégation tunisienne sera composée d’une trentaine d’hommes d’affaires, opérant dans plusieurs secteurs d’activités notamment les industries plastiques, l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l’enseignement supérieur, la santé, la télécommunication, les services financiers, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.
A cet effet, une journée d’information sur les potentiels d’échanges économiques avec le Cameroun a été organisée par TABC, l’UPMI et Conect International, vendredi 18 mars 2016 au Centre de promotion des exportations (Cepex), en présence de la PDG du Cepex, Aziza Htira, de l’ambassadeur du Cameroun en Tunisie, Victor Loe, du président de TABC, Bassem Loukil, de la présidente de Conect International, Monia Jeguirim Essaidi et du vice-président de l’UPMI, Ameur Abdennahdher.Mme Aziza Htira a estimé au cours de cette journée que le Cameroun, pays de 22 millions d’habitants, est un marché attractif pour les investisseurs. Selon elle, les entreprises tunisiennes désirant s’installer dans ce pays bénéficient du programme «Tasdir+» pour renforcer leurs assises et améliorer leurs capacités d’exportation.
L’ambassadeur du Cameroun à Tunis, Victor Loe, a pour sa part incité les hommes d’affaires tunisiens à aller sur place pour prospecter le marché, soulignant que les échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne, estimés à 4%, restent encore faibles. «Il faudrait que les gens aient le courage d’aller sur place de sentir le pays. Je leur conseille la prudence et la patience, d’abord parce que ce sont des économies asymétriques. Pour ceux qui n’ont pas encore visité mon pays, il ne faut pas s’attendre à trouver des autoroutes, ou des hôtels 5 étoiles”, a expliqué l’ambassadeur. “Non, vous venez comme un combattant de la chose économique pour le développement du continent. Il y a beaucoup à faire!», a-t-il souligné. Et d’ajouter: «Tous nos amis Tunisiens qui ont acquis une certaine expérience dans divers domaines, nous leur tendons les bras pour leur dire le Cameroun est un vase chantier».Concernant le problème du visa, Victor Loe a indiqué que cela pourrait être bientôt résolu: son pays tendant vers la suppression des visas. Il a noté, dans ce contexte, que l’ambassade du Cameroun en Tunisie a simplifié les procédures et réduit les délais pour que les vrais hommes d’affaires aient leur visa en deux heures seulement. Concernant le problème du transport, il a annoncé que Tunisair s’apprête à lancer d’ici le mois de juin une desserte vers son pays.
Le pays jouit d’une position géographique exceptionnelle, avec un accès à la mer, tout en étant une plateforme essentielle pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, a-t-il souligné, en notant que le pays regorge de ressources naturelles: énergie, gaz ou produits agricoles. Des potentialités existent dans l’installation d’industries de transformation sur place, le BTP qui est un secteur clé qui cherche à se développer avec d’importants projets d’infrastructure, l’enseignement supérieur, le secteur médical et celui des services. Il a précisé que beaucoup de pays concurrents de la Tunisie sont en train de s’implanter d’une façon accélérée dans ce pays, ce qui prouve qu’il y a beaucoup à développer et à faire au Cameroun : un pays qui présente des opportunités non seulement pour les échanges mais aussi pour des investissements des Tunisiens sur place. Pour lui, le seul moyen de s’implanter et de s’imposer sur le long terme est qu’ils y aillent, osent, prennent des risques et s’installent sur place.
Présent à cet événement, l’ancien ambassadeur de Tunisie au Cameroun, Abderrazak Landoulsi, a souligné, dans son témoignage, que le peuple camerounais est très accueillant. Il a indiqué que la Tunisie a des relations excellentes avec ce pays, en soulignant que notre pays jouit d’un capital de considération et d’estime énorme. Autre point évoqué par M. Landoulsi, en 2014, la Tunisie a présenté une demande d’adhésion en tant que membre associé à la CEMAC. Pour lui, cette demande doit être suivie, surtout que les Camerounais sont très favorables. Ceci dit, il faut poursuivre les démarches avec les autres Etats pour avoir le statut. En outre, il recommande la finalisation de l’accord commercial préférentiel qui est parvenu à un stade avancé. Concernant ses échanges avec la Tunisie, le Cameroun est son 4ème client et son 4ème fournisseur en Afrique, a précisé Youssef Bayoudh, sous-directeur de la coopération avec les pays arabes et africains au sein du Cepex. La margarine représente 22% du total des exportations tunisiennes vers ce pays. En contrepartie, le café non torréfié représente 40,9% des importations de ce pays, a-t-il indiqué. Des échanges que les deux parties veulent diversifier et améliorer.
Alex Ndeffo