Université de Douala:Le département de communication livre des nouveaux docteurs

Trois thèses de doctorat en sciences de l’information et de la communication ont été soutenues les 29 et 30  Juillet dernier. 

C’est le candidat Jumbo Léopold Maurice, par ailleurs enseignant assistant à l’université de Dschang qui ouvre le bal des soutenances. Sa thèse qui porte sur les « professions de santé et TIC au Cameroun. Une sociographie des usages » a pour Objectif principal de, « décrire les logiques et dynamiques d’usages, jeter les bases de leur typification, analyser les mutations pratiques et des identités qu’elles induisent dans les champs socioprofessionnels ». Après la phase de présentation de son travail, la place est laissée aux jeux de questions réponses entre le candidat et le jury. Le leitmotiv recherché dans ce rituel au sens Goffmanien est de balader le candidat dans la forme et le fond de son travail. Le but étant, d’apporter des éclaircis, mieux encore des précisions sur certains concepts abordés qui, suscitent des questionnements. Son Jury constitué du Professeur Charles Boyomo Assala, président du Jury, des rapporteurs Pr Misse Misse, et Thomas Atenga. Comme membres, il y’a les Professeurs Anicet Noah Mbede, Guy Pangop. Au terme de ce rituel, le candidat Jumbo Léopold s’est vu attribuer la mention Très Honorable à l’unanimité du jury.
C’est Mouthé Gildas qui débute la deuxième journée de soutenance (30 Juillet). Sa thèse porte sur « les moyens de communication sociale de l’Eglise catholique au Cameroun. Entre mission évangélisatrice et logique de rentabilité ». Ce 2nd travail scientifique vise pour sa part à « analyser et comprendre comment les diocèses enquêtés concilient la mission évangélisatrice assignée aux médias de masse par le Conseil pontifical pour les moyens de communication sociale et l’exigence de rentabilité et de pérennité propre à l’activité du champ médiatique ». Le candidat a fait une économie du fruit de sa recherche, ensuite s’est prêté au rituel habituel des échanges avec le jury. Lequel est constitué du Pr Jaques Philippe Tsala Tsala, président du jury, avec comme rapporteurs les Professeurs Misse Misse et Thomas Atenga et les Professeurs Laurent Charles Boyomo Assala, Flora Amabiamina comme membres. Après concertation du Jury, le candidat s’en sort avec la mention Honorable. Dans l’après-midi, c’est le candidat Djimili T. Alexandre déjà titulaire d’un autre doctorat en lettre de l’université de Dschang qui entre dans l’arène. Son sujet porte sur « les déterminants de la production audiovisuelle au Cameroun. Une approche socioéconomique ». L’objectif majeur de sa thèse étant de « découvrir ce qui, dans le milieu socioculturel national pourrait constituer un levain ou un frein pour la production des œuvres audiovisuelles ». Après une succincte présentation du fruit de sa recherche, il n’a pas échappé à la phase de discussions des résultats de son étude. Puisqu’il avait en face un jury solide chapeauté par le Professeur Laurent Charles Boyomo Assala, en tant que président, du Professeur Misse Misse, Directeur, avec pour membres les professeurs Thomas Atenga et Christian Abolo Mbita, comme rapporteurs, les professeurs Aboya Amanasse Endong, Jaques Raymond Fofié. La phase de discussions achevée avec le jury, Djimili tire son épingle du jeu avec une mention Très Honorable à la majorité du jury. Le rideau est tombé sur ces journées de soutenances de thèses, qui se sont poursuivies dans les familles des lauréats pour des réjouissances populaires.
Le Département de Communication qui avait obtenu son autonomie à la rentrée académique 2005/2006 a jusqu’aujourd’hui, connu plusieurs Chefs de Département. Il s’agit respectivement du Pr. Misse Misse alors Docteur à l’époque, du Dr Louis Roger Kemayou (intérimaire), des Dr Caroline Metote (2008) et Dr Georges Madiba qui, passe la main en 2016, au professeur Thomas Atenga. S’exerçant à lire dans la marre d’eau, trois nouvelles thèses prêtes à soutenir en communication sont annoncées pour bientôt.

Fulbert Fofack